Site internet en anglais


Désolé données météorologiques non disponibles

02 51 97 56 39

carte vendee avec situation angles

La forêt

A 7 kilomètres d’Angles, vous trouverez la forêt domaniale de Longeville construite au milieu du XIXème siècle pour protéger l’arrière pays des envahissements de sable marin.Totalement artificielle, elle fait l’objet de soins constants de l’Office National des Forêts pour que les arbres, êtres vivants, puissent naître, vivre et s’y développer harmonieusement.

Histoire de la construction de la forêt

Au XVIIIème siècle, les dunes encore mobiles étaient soumises aux caprices des vents, mais protégeaient un marais en cours d’assèchement. les villages importants se sont implantés à l’abri des tempêtes océanes et des crues du marais.

 Les particularités paysagères

Abritant une flore et une faune variées, la forêt domaniale de Longeville est constituée d’écosystèmes riches et fragiles. Leur diversité est remarquable pour un massif aussi jeune, 150 ans à peine.

Le milieu dunaire présente de nombreuses espèces spécifiques, dont certaines sont rares et protégées. Toutes les interventions visent à préserver et favoriser cette explosion de vie.

L’humus (sol) fertile se constitue progressivement par pourrissement sur place du bois et des feuilles. Les feuillus (peupliers, chênes, érables, acacias) apparaissent plus tard sur terreau déjà ancien, soit à l’abri des vents d’ouest, soit en zone régulièrement alimentée en eau. Le mélange de toutes ces espèces favorise la vie animale et la richesse botanique de la forêt.

Une dune fragile

duneUne dune protégée se couvre naturellement de plantes adaptées au vent, au sel et au recouvrement par le sable (oyats, liserons, chardons).

Les chemins d’accès doivent se faire sineux pour ne pas prendre le vent. L’escalier, le tapis plastique ou les écorces de pins protègent le sol de l’érosion rapide due aux passages répetés.

Face aux vents d’Ouest, le système dunaire doit conserver sa souplesse, le cordon de galets protège le pied de la dune. On favorise l’accumulation de sable en  cassant l’énergie des vents par des lattes de châtaigniers espacées ou par épandage de branchages au sol.

 Source : Office National des Forêts (ONF)

Newsletter