Site internet en anglais


Désolé données météorologiques non disponibles

02 51 97 56 39

carte vendee avec situation angles
> > > > René Antoine Ferchault, Réaumur

René Antoine Ferchault, Réaumur

A la fois biologiste, entomologiste, inventeur, métallurgiste, naturaliste, physicien, cet esprit encyclopédique en dehors de  » l’Encyclopédie  » possédait une propriété à Angles et venait, dit-on, y séjourner au gré du temps et de ses découvertes…

Sa vie, son oeuvre

Réaumur-001Né à la Rochelle en 1683, René Antoine Ferchault, Seigneur de Réaumur, figure parmi l’un des plus grands savants du XVIIIe siècle. En effet, après avoir étudié le droit à Poitiers et à Bourges, il s’installe à Paris en 1703 où il se consacre aux sciences. Admis à l’Académie Royale des Sciences à l’âge de 25 ans, il multiplie par la suite les découvertes dans de nombreux domaines : mathématiques, physique, biologie, sciences naturelles…

Père de la sidérurgie scientifique

Même s’il est surtout connu du grand public par le thermomètre qui porte son nom, il est aussi considéré comme le fondateur légitime de la sidérurgie scientifique grâce à ses recherches sur les alliages ferreux et son article paru en 1722 « l’art de convertir le fer forgé en acier ».

Véritable « touche à tout » (étude entre autres sur les insectes, la digestion, la technique du verre, pionnier de la génétique…), ce savant à l’esprit encyclopédique s’éteint en 1757 à St Julien du Terroux en Mayenne.

Sa vie angloise

René Antoine Ferchault a donc partagé sa vie entre Paris, Réaumur, en Vendée, et St Julien du Terroux en Mayenne. Cependant, certaines informations laissent à penser que le savant avait hérité de son père la métairie des forges à Angles, dont subsiste aujourd’hui la maison attenante à ce bâtiment (rue des Forges).

D’ailleurs, dans la biographie de Jean Torlais consacrée à Réaumur (Editions Albert Blanchard, 1961), l’auteur cite  » A Réaumur, la nouvelle de sa mort parvient le 27 octobre et Jean François Joseph Moreau, lieutenant général civil et criminel de Vouvant, procède à l’apposition des scellés en présence de Nicolas Savary, chargé de procuration par Mme de Nantia, et le lendemain au village de la ville d’Angles où le défunt possédait une métairie « .

Ainsi, Réaumur séjournant chaque année à l’automne dans son manoir du bocage vendéen, il est probable qu’il retournait quelques jours dans sa propriété angloise, ne serait-ce que pour profiter de la proximité du littoral et réaliser de ce fait quelques études aujourd’hui reconnues sur les algues marines ou autres coquillages.

Newsletter