Site internet en anglais


Désolé données météorologiques non disponibles

02 51 97 56 39

carte vendee avec situation angles
> > > > Fait de guerre : la fin tragique d’un Halifax

Fait de guerre : la fin tragique d’un Halifax

Au matin du 24 juillet 1941…
Informée de la présence d’une grande unité marine  allemande « le Scharnhorst » au port de la Pallice à la Rochelle, l’amirauté Britannique envoie 15 bombardiers  de type « Halifax » pour attaquer la cible.
Vers 12h, 5 des 15 avions sont abattus par la FLAK (défense terrestre anti-aériennne)  allemande.

Le crash de l’Halifax

Halifax-001

drapeau anglais

Au bord de l’HALIFAX L9527. Sept hommes de la Royal Air Force sont pris en chasse par trois avions chasseurs « Messerschmitt » allemands. Le duel aérien a lieu au-dessus d’Angles. L’un des moteurs de l’Halifax prend finalement feu et l’avion gravement endommagé percute le sol près de la ferme du Terrier du Four à Angles. Il explose et cinq membres de l’équipage ne peuvent en réchapper et meurt probablement sur place.

L’histoire des rescapés

Deux hommes ont réussi à s’arracher de la carlingue peu avant la chute de l’appareil et sautent en parachute. Il s’agit du Capitaine Eperon et du Sergent Balcomb.

Le Capitaine Eperon atterrit à quelques mètres du crash. Il est malheureusement fait prisonnier par les allemands déjà sur place.

Quant au Sergent Balcom, qui avait réussi à aider son supérieur hiérarchique à s’extraire de l’avion, il touche le sol plus loin du côté la ferme de la Grande Lamberde où il séjourne 48h. Il se cache dans le foin d’une grange et se nourrit de lait (aliment qu’il déteste en temps normal).

Les allemands cherchent à le retrouver. Mettant en péril les personnes qui le cachent, Eric Balcomb décide de quitter la ferme et de se réfugier dans un petit bois où il finira par échanger quelques mots avec un jeune homme qui passait.

Le jeune homme lui laissera sa bicyclette à laquelle il aura pris soin d’enlever sa plaque d’identité. Malheureusement, il ne fera qu’une centaine de mètres avec le vélo. Il sera arrêté par une patrouille allemande qui le fera prisonnier.

De la capture à la libération

Interrogé, humilié, battu, son interrogatoire sera long et pénible : emploi du temps ? Qui a fourni la bicyclette ? Où étiez-vous caché ? Il ne parlera pas.

Il sera dirigé vers un camp d’aviation pour ensuite rejoindre le stalag en Allemagne. Il y restera jusqu’en janvier 1945 avant de s’évader quelques mois avant la libération.

Au cimetière d’Angles

La municipalité a fait inhumer les cinq aviateurs à l’endroit appelé depuis « le carré des Anglais ».

Survivant de la tragédie, Eric Balcomb a été fait «citoyen d’honneur» de la commune d’Angles. Il décède en 1994. Sur sa demande expresse et avec l’accord du gouvernement britannique, ses cendres reposent au « Carré des Anglais » entre les stèles de ces camarades de combat : les Sergents CH Newstead et SHJ Shirley.

Le capitaine Eperon, autre rescapé, n’a pas souhaité revenir sur les lieux de la catastrophe. Il est aujourd’hui décédé.

halifax-500px

Une stèle à la mémoire des 5 aviateurs

L’inauguration a eu lieu le 23 juillet 2000, au lieu dit du Terrier du Four. Une stèle a été installée à la gloire et à la mémoire des Cinq aviateurs anglais « Morts pour la France, pour la Paix et la liberté » contre l’envahisseur allemand.

Newsletter