Site internet en anglais


Désolé données météorologiques non disponibles

02 51 97 56 39

carte vendee avec situation angles

Un grand passé hippique

En France,  les courses hippiques voient officiellement le jour sous le règne de Louis Philippe. L’année 1833 marque le début  du sport hippique réglementé.

Parmi les grands éleveurs chevalins du XIXème siècle, on compte un anglois du nom de Jean-Félicien Gauvreau. Né à Angles en 1891, il hérite du métier de son père et doit sa reconnaissance notamment grâce à trois de ces poulains :

Cyrano, fils du Prince Noir, Jimbo et le plus célèbre Fortunato II.

Hippisme-002

Nous sommes exactement en janvier 1955 au grand prix d’Amérique à l’hippodrome de Vincennes. Cette course hippique de trot attelé considérée aujourd’hui comme le championnat du monde de sa catégorie consacre Fortunato II. Non seulement le cheval remporte la course mais décroche à l’époque le record de l’épreuve.

M. Gauvreau décède en 1971 laissant derrière lui quelques traces de sa vie à Angles. Les écuries, rue des Jardins, sont encore visibles mais le plus étonnant reste ce lotissement du nom d’une jument poulinière : Capriola.
Souvenir d’un passé révolu, ce lotissement a été construit sur l’ancienne piste d’entrainement des chevaux. Il est composé de trois rues des trois célèbres chevaux : rue Cyrano, rue Jimbo et rue Fortunato.

Pour l’anecdote, le financement du Monument aux Morts – place du Champ de Foire – s’est fait en partie grâce au prêt contracté auprès de M. Gauvreau soit 10000 francs. Les 4000 francs restants ont été complétés grâce à la contribution volontaire des habitants.

Le Saviez-vous ?

Chaque année, en août, à l’hippodrome de la Malbrande aux Sables d’Olonne est joué le prix d’Angles, une course au trot monté de 2275 m, réservée aux chevaux de 6 et 7 ans . La municipalité récompense symboliquement le cavalier gagnant en lui offrant une coupe et une couverture brodée du logo de la commune.

Depuis 2007, une course au trot attelé est également organisée en juillet en hommage à Marcel Gaudin, jockey de l’écurie Gauvreau.

Newsletter