Site internet en anglais


Désolé données météorologiques non disponibles

02 51 97 56 39

carte vendee avec situation angles
> > > La légende de la malbête

La légende de la malbête

Pays de mystères et de légendes, la cité angloise abrite une bien étrange histoire : la légende de « la bête qui mangeait la beauté des filles d’Angles ». Entre réalité et imaginaire, il ne subsiste aujourd’hui qu’une légende qui raconte les méfaits d’une malebête dont les habitants n’ont jamais su si elle était un véritable ours malfaisant ou une incroyable créature démoniaque.

« … Une méchante bête, faite comme une grande ourse, mais trois fois plus grosse, ravageait les environs du bourg d’Angles. Elle faisait sa résidence, non loin d’un gué très fréquenté, dans une grotte qu’ombrageait un figuier, et surveillait de là tout ce qui se passait aux alentours. Les vieux hommes et les vielles femmes pouvaient impunément se montrer à petite distance de sa dent. Mais malheur aux bachelers et aux jeunes filles qui s’aventuraient à demi-lieue à la ronde, ils étaient impitoyablement dévorés. Son repas achevé, la bête allait baigner sa longue fourrure dans le ruisseau voisin, qui, depuis, a reçu le nom de Troussepoil.

barrière_maraisVainement les moines de Fontaines et de Talmond, ainsi que tous les curés du voisinage, sans parler du légat du Pape, avaient voulu s’en mêler pour délivrer la contrée de ce fléau, mais ils n’étaient pas assez purs. Un avait embrassé une fille, le matin, avant de tenter l’entreprise : un autre avait bu quatre chopines passé minuit ; un troisième, c’était le légat, avait cassé la tête d’un vilain, qui avait voulu baiser les pieds de sa mule.

Un abbé d’Angles n’avait, au contraire, jamais regardé les joues des filles avec envie, il ne buvait que de l’eau claire, et, depuis trente ans au moins, on ne pouvait l’accuser d’avoir administré la moindre volée de coups de trique au plus chétif de ses vilains.

Donc, voyant que tous y perdaient leur latin, cet homme d’une piété exemplaire se décida à tenter lui-même l’aventure. Mais, avant de s’exposer à un si grand péril, il passa cinq jours et cinq nuits dans le jeûne et la prière. Au bout de ce temps, il alla résolument trouver le monstre dans son marais, le jeta d’un signe de croix à ses pieds et le rendit aussi doux qu’un agneau, rien qu’à le toucher du bout de son bâton pastoral. Une demi-heure après, il arrivait, suivi de la bête, sur la cohue d’Angles, au milieu de la foule des paysans à la fois épouvantée et joyeuse, qui clamait de toutes ses forces :  » Miracle ! Miracle ! Gloire à Dieu ! Miracle !  » – Il n’y eut que les filles du bourg, naturellement folles comme des linottes, qui, au lieu de remercier l’abbé de les délivrer d’un pareil danger lui dirent en le gouaillant :  » Dompis quand, père Martin, êtes-vous berger du diable ? « .

legende-500px

L’abbé se contenta de les regarder de travers, et, touchant de nouveau la bête de sa crosse de bois, lui ordonna de gravir le long du pignon de l’église. Lorsqu’elle fut parvenue au sommet, il fit un signe de croix, ce qui la changea du coup en pierre. Puis il lui cria :  » Tu ne vivras désormais que de la beauté des filles d’Angles ! « .

Aussitôt dit, aussitôt fait, les bachelères assemblées sur la cohue se sentirent devenir laides, rien qu’à voir les yeux des garçons se détourner d’elles, et, à dater de ce jour, l’ourse a toujours eu le ventre gros comme une barrique, tant elle a tondu de près sa nourriture ; ce qui n’a point empêché les filles du bourg de courir après les hommes, tout aussi vite qu’avant leur malheur..  »

Épilogue

Vous l’avez compris, la malédiction était terrible : à chaque baptême, le visage angélique de la nouveau-née s’enlaidissait irrémédiablement si par malheur, ses jeunes quinquets croisaient l’épouvantable regard d’une malebête avide de fraîche vénusté. Et comment éviter la malédiction du Père Martin puisque du haut de son fronton, la bête montait inévitablement la garde sur l’unique portail de l’édifice ? Cruel dilemme…jusqu’au jour où les habitants eurent l’idée de génie de percer une porte latérale, masquée par un fort pilier de soutènement, trompant ainsi la vigilance de la bête privée alors à jamais de la délectation de ses si jolies proies.

Si vous passez dans notre charmant village, n’hésitez pas à vous arrêter devant notre magnifique église. D’un œil, surveillez la malebête et de l’autre, trouvez la porte latérale afin de pénétrer en toute quiétude dans un des plus beaux édifices religieux de Vendée. Et puis, pendant que vous y êtes, contemplez les jeunes filles qui s’égaient au coin des venelles puisqu’on dit que depuis ce temps-là, les filles d’Angles sont belles, belles à couper le souffle, même de la plus horrible des créatures du Démon…

D’ailleurs, vous ne verrez que peu d’habitants lever les yeux au ciel pour détailler la morphologie de l’angoissante chimère, leurs regards évitant de croiser celui d’une malebête qui, aujourd’hui encore, inspire à la fois crainte et respect…

Newsletter